Paroisse Sainte Elisabeth à Bruyères
Contacts et infos

 

Equipe relais:

Il n'y en a plus!

 

Fabrique d’église:

André Meens: 087/67/66 20 59

Christian Delcourt: 087/67 83 56

Nicole Lejeune: 087/67 49 92

Leon Dortu: 087/67 88 01

Hubert Alleleyn: 087/66 06 28

 

​Sacristain:

Sœur Paula et Sœur Henri-Marie: 087/67 47 74

Joseph Collings: 087/67 97 40

Martine et Dominique Collins: 087/66 09 18

 

Responsable des acolytes:

Andrée Cadiat: 087/33 49 22

 

Les Offices à Bruyères:

Eucharisties dominicales : le 1er et le 3e dimanche du mois à 9 h 30 en alternance avec Grand-Rechain

Quand il y a un 5e dimanche, se référer, dans "Célébrations" , à Horaire des messes dominicales.

Eucharisties en semaine : Le jeudi à 9h au presbytère.

 

Le parvis et les anciens fonds baptismaux sont ouverts tous les jours en journée

 

Pour une autre information, adressez-vous au Centre pastoral de Herve,
087/67 88 80

 

 

Son église

 

L'origine de cette église semble provenir d'une légende : vers l'an 1730, à la lisière de la forêt, se dressait une petite maison occupée par un couple de tisserands. Cette modeste demeure était connue dans toute la région sous le nom de "Maison de bois". Ce couple vivait honnêtement du produit de son travail et, chaque samedi, Marguerite Biet, la femme de notre tisserand, conduisait à Verviers l'ouvrage exécuté durant la semaine. Le salaire reçu suffisait à leur subsistance.

Marguerite était aussi bonne chrétienne et son unique plaisir était d'assister tous les dimanches à la messe à Herve. Mais la route était longue et les chemins difficiles en hiver. Souvent, à son retour de la messe, elle s'écriait : "O mon Dieu, si nous étions riches, bientôt ici nous aurions une chapelle et un ministre du Seigneur pour y célébrer les Saints Offices". Or, un événement inattendu réalisa enfin les voeux de cette pieuse femme.Un samedi, comme de coutume, Marguerite se rendit à Verviers et reçut en contrepartie du travail de la semaine plusieurs rouleaux destinés à contenir de la monnaie de cuivre. Or, surprise, ces rouleaux contenaient des pièces d'or. Aussitôt, elle se rendit le dimanche chez le fabricant qui, honnête dans ses affaires, lui répondit : "Marguerite, ici, on ne se trompe jamais dans le paiement; c'est bien de la monnaie de cuivre que je vous ai donnée hier et s'il s'y trouve des pièces d'or, vous pouvez les conserver". Au comble de la joie, elle demanda l'autorisation de bâtir une chapelle à côté de sa demeure.

Et c'est ainsi que nous trouvons dans les archives une lettre datée du 6 mars 1731 demandant l'autorisation d'édifier une chapelle au milieu du hameau "les maisons bois et bruyères". Une réponse positive ne tarda pas à arriver et la chapelle fut dédiée à Saint Antoine de Padoue et à Sainte Elisabeth. Dès 1840, une église fut élevée et en 1887, une tour fut ajoutée à l'édifice.

Présentation du saint Patron
 

SAINTE ELISABETH

On la fête le 17 novembre.

 

Son prénom vient de l'hébreu ''ELISHEBA'' qui signifie ''Mon Dieu est plénitude''.

Elisabeth, fille du roi Arthur II de Hongrie, naît en l'an 1207.  On la fiance à l'âge de 4 ans à Louis IV, duc de Thuringe et héritier du trône. En 1221, Elisabeth a 14 ans, elle épouse Louis IV qui a 20 ans et de leur mariage naissent 3 enfants.

Elle aime Dieu et le prie simplement en lui offrant tout ce qu'elle vit. A tous ses nobles visiteurs, elle parle de Dieu. Elle aime les vêtements simples, voire rustiques. La pauvreté franciscaine la séduit ; elle aime se nipper en mendiante, nu-pieds.

En 1225 survient une grande famine. Son mari Louis IV est absent. Elisabeth organise la plus grande campagne de solidarité du moyen-âge et prend sur elle de faire distribuer les réserves de blé. Elle vend ses propres parures et bientôt, sa maison se transforme en hôpital.    Les bonnes gens l'appellent ''petite mère''.

En 1227, Louis IV part en croisade et trouve la mort en Italie. Elisabeth n'a que 20 ans, elle en est très affectée.  Sa belle-famille qui n'a jamais accepté ses bontés envers les pauvres l'expulse du château et la dépouille de toutes ses possessions. Avec ses enfants, la voici pauvre parmi les pauvres. Pour pouvoir réintégrer son château, on lui propose de se remarier. Elle refuse et  renonce à tous ses  biens, en présence de quelques frères franciscains. Dorénavant, elle s'occupe des plus pauvres, soigne les lépreux, un petit orphelin paralysé, adopte un enfant teigneux, se dépense sans compter.

Elle se plonge de plus en plus dans la prière et dans l'adoration. Elle passe des heures dans la contemplation et l'oraison, sans même songer à manger. Des témoignages nous disent qu'au sortir de la prière, son visage est transfiguré, ses yeux sont radieux.

Mais sa santé se délabre. Le 16 novembre 1231, elle meurt à l'âge de 24 ans, après s'être confessée et avoir donné ses biens qui lui restaient aux pauvres. Des miracles éclatent, des pèlerinages s'organisent. A la Pentecôte 1285, le pape Grégoire IX canonise la jeune disparue. En 1671, la fête est étendue à toute l'Eglise et en 1885, Léon XIII la propose en exemple aux jeunes filles et femmes du monde.

 

Présentation des chapelles

 

La Chapelle Legrand : Située rue Maison-Bois, cette jolie chapelle dédiée à Notre-Dame des Anges, fut construite en 1705 par une dame nommée Legrand-Lejeune. Cette femme, épouse d'un important marchand de vin, avait fait la promesse de construire cette chapelle si son mari sortait indemne des transports qu'il effectuait entre les Français et les Anglais. Elle est bâtie en moellons du pays et couverte par une toiture en ardoises formant un auvent dont le plafond au-dessus de la porte d'entrée s'orne du Saint-Esprit. A l'intérieur, on peut voir les statues de Saint Léonard, Sainte Barbe, Saint Bernard et Saint Gérard. Restaurée en 1953, elle sert actuellement de reposoir pour la procession del Céqwemme et on y donne encore la bénédiction du Saint-Sacrement.

 

La Grotte Notre-Dame de Lourdes : Située rue de la Grotte, cette chapelle fut inaugurée le 5 décembre 1954 par l'abbé Conrard. Celui-ci effectuait annuellement un pèlerinage à Lourdes et désirait posséder une chapelle pour sa propre paroisse. Grâce à l'aide de bénévoles du village, il fit construire en quelques jours cette grotte en mâchefer provenant des hauts fourneaux de la Calamine.  Autrefois, on y récitait le chapelet durant le mois de mai et une messe y était célébrée le lundi de la Pentecôte avant d'accueillir la procession del'Céqwemme.