Une année « LAUDATO SI »


En 2015, le pape François faisait paraître une encyclique sociale consacrée à la sauvegarde de la maison commune: Laudato si’.

Ce n’était pas le premier texte de l’Eglise consacrée à l’écologie, mais l’occasion de présenter une vision globale de la problématique liée aux changements climatiques… Ce texte n’a pas été lu ni travaillé par beaucoup de chrétiens. A l’occasion des cinq ans de la parution, le pape a décidé de lui redonner toute son importance. Nous la travaillerons cette année.


Laudato Si : L’humanité souffrante

Beaucoup de pauvres vivent dans des endroits particulièrement affectés par des phénomènes liés au réchauffement…

L’augmentation du nombre de migrants fuyant la misère, accrue par la dégradation environnementale, est tragique. (LS 25)

De diverses manières, les peuples en développement, où se trouvent les plus importantes réserves de la biosphère, continuent d’alimenter le développement des pays les plus riches au prix de leur présent et de leur avenir (LS 52)

Contexte

Ces deux points soulignent quel piège se referme actuellement sur les plus fragiles. Le dérèglement climatique, phénomène planétaire, se traduit aujourd’hui par des catastrophes naturelles surtout sensibles en zone intertropicale. Les pays situés dans cette zone sont aussi ceux où l’exploitation des ressources naturelles au profit des industries du Nord provoque de graves dégâts écologiques : déforestation, érosion, pollution de l’air et de l’eau… Ils subissent de plein fouet les conséquences funestes d’un développement dont ils ne sont même pas les bénéficiaires.


Méditation

Nous sommes appelés à prendre conscience que notre niveau de vie s’est souvent construit aux dépens de pays et de peuples restés loin de nos regards. De plus, pour des raisons climatiques et biophysiques, ces derniers subissent des catastrophes écologiques qui, jusqu’à présent, nous épargnent. C’est pourquoi nous avons besoin de repositionner les termes « écologie », « développement » et « pauvreté ».

L’écologie n’est pas ennemie du développement des pauvres : c’est au contraire le chemin actuellement suivi pour le développement qui se fait l’ennemi des pauvres pour des raisons écologiques.

Action

Comme première porte d’entrée, je me tourne autant que possible vers le commerce équitable, en me renseignant sur la fiabilité des labels et des intentions annoncées. Je suis particulièrement attentif à la question du travail des enfants, ainsi qu’à la déforestation : une culture « équitable » ou « bio » (ou même les deux) ne résout rien si elle encourage la destruction des forêts primaires. Les associations comme Entraide et Fraternité peuvent m’aider dans mes choix.

(Extrait de « Comprendre et vivre l’écologie »,

M. et J. Herrmann, éd. Emmanuel, pp. 30-31)

  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Google+ Basic Square