MESSES POUR LA CREATION

LES 23 ET 24 OCTOBRE, NOUS CELEBRERONS DES MESSES POUR LA CREATION


Comme vous l’avez lu dans la revue de septembre, le pape François, en lien avec l’encyclique « Laudato si », a demandé que l’Eglise célèbre le 4 octobre, jour de la fête de saint François d’Assise, des messes pour la création. Cette date ayant été retenue dans notre UP pour le renouvelle-ment des Equipes-relais, nous célébrerons le W.E. des 23 et 24 octobre ces messes. L’abbé Jacques Jongmans nous explique le sens de ces messes.


POURQUOI UNE MESSE POUR LA CREATION ?

Dans l´encyclique « Laudato Si », au n°236, le Pape François nous dit que l´Eucharistie unit le Ciel et la Terre, embrasse et pénètre toute la Création; qu´Elle est source de lumière et de motivation pour nos préoccupations concernant l´environnement. Entrons, en toute simplicité, dans la célébration de la Messe « pour la Création, avec la conscience que nous faisons partie de la Création et que nous avons à nous montrer respectueux de la Vie sous toutes ses formes.

Sur le pare-chocs des camions, au Brésil, il n´est pas rare de trouver l´inscription suivante : « Je ne suis pas le maître du monde, je suis son fils ». La tentation de l´être humain est l´illusion de la toute- puissance, de se croire maître et possesseur de la Nature. Celui qui est porté par l´Esprit de Dieu «habite» la Création, en ami, en étant conscient qu´il ne suffit pas de faire le constat d´une communion rompue avec la Création (la maison commune est dans un triste état); un changement de regard doit s´accomplir : considérer notre relation à Dieu, comme François d´Assise, sous l´angle du lien à la Création, souvent occulté dans notre formation chrétienne, et rechercher une communion renouvelée avec la Création, en engageant notre foi et notre vie.

La crise écologique actuelle est un appel à une profonde conversion intérieure, à être davantage disciple de Jésus dans la relation au monde, aux autres, à soi et à Dieu. La Messe pour la Création peut contribuer à notre conversion écologique intégrale, qui honore toutes les dimensions du vivant, se réjouit de la complémentarité des êtres et s´engage pour un monde plus respectueux de la Création et des plus démunis. « C´est un travail de longue haleine qui demande un mouvement profond du coeur, afin d´échapper à l´anesthésie et à l´indifférence dans laquelle nous nous trouvons souvent » ( Félicité de Maupéou, 29 ans, Paris).

Jacques Jongmans

  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Google+ Basic Square