Et si on parlait des projets pour l’année pastorale qui commence ?

Quand un nouveau curé arrive, sa première mission la première année est de découvrir où il est envoyé, les questions qui se posent, les enjeux à rencontrer. Normalement, il change le moins de choses possibles au début.

Vous aurez remarqué que chaque curé a ses charismes et ses limites. Chacun déplace donc le curseur en fonction de ce qu’il est, mais aussi en fonction des projets du diocèse et des nécessités et possibilités de l’Unité pastorale.

Voici différentes pistes qui seront discutées et, espérons-le, réalisées avec l’équipe pastorale, le Conseil d’unité et les équipes-relais ainsi que les Fabriques d’églises et autres groupes. Nous le ferons en tenant compte aussi des possibilités liées aux mesures de prudence liée à la pandémie. Le premier projet sera d’accueillir l’abbé Jacques Jongmans.

La transmission de la foi

Nous bénéficions dans l’UP d’une forte tradition de la catéchèse portée par des catéchistes hyper-dévouées. Il serait bon de se rendre compte davantage que la tradition de la foi est l’affaire de toutes et de tous et s’adresse à toutes et tous. Nous veillerons aussi à soutenir la foi des adultes, mais aussi des jeunes dans les écoles et les mouvements de jeunesse en fonction de ce qui est possible.

La vie spirituelle et la liturgie

Pour être des disciples-missionnaires, il nous faut nous mettre à l’écoute de la Parole de Dieu et nourrir notre foi. Les temps de prière personnels et communautaires sont essentiels. Continuer à soigner la liturgie, nous préparer à la nouvelle traduction du Missel, apprendre de nouveaux chants, rejoindre peut-être un groupe de prière comme la prière des mères ou le groupe de prière de Battice , vivre un moment d’adoration ou la prière du chapelet, sont des moyens de grandir dans la foi.

La vie fraternelle, la solidarité et le souci de la Création

Il y a une tradition solide de solidarité avec le Toit, les visiteurs de malades et le dévouement de tant de personnes. Soutenir les projets des collectes prescrites dont celles de l’Avent et du Carême, est un moyen de rester soucieux des autres. Soigner la convivialité, tisser des liens, accueillir à l’entrée des églises font partie des choses à promouvoir. Le cinquième anniversaire de l’encyclique sur l’écologie « Laudato Si » devrait nous rendre plus responsable dans l’usage des biens de la terre et de leur partage.

La gestion matérielle

Pour assurer l’entretien des bâtiments et des biens, il y a des ASBL, mais aussi des fabriques d’églises. Certaines fabriques n’ont plus le nombre complet de leurs membres. Renouveler les équipes, veiller à un certain rajeunissement est un vrai défi. Nous essayerons de le relever. Cela concernera aussi les équipes-relais et le conseil d’unité. Nous verrons ce qui est possible et bon de faire.

Des temps forts

Outre les célébrations et les temps forts de l’année liturgique ou de la catéchèse, l’expérience de la procession à Noblehaye me semble une réalité à promouvoir. Il y aura aussi un concert de carême à Bolland le 21 février. Pourquoi ne pas imaginer aussi aller avec le pèlerinage diocésain à Lourdes (si cela a lieu !) en doyenné ?

Et nous laissons encore au Seigneur la liberté de nous surprendre !!!

  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Google+ Basic Square